Acupuncture et gonarthrose

Article édité avec l’aimable autorisation de la direction de la revue “Acupuncture & Moxibustion”, Jean-Marc Stephan

“L’acupuncture a une efficacité spécifique dans le traitement de la gonarthrose”, par Olivier Goret

Witt C, Brinkhaus B, Jena S, Linde K, Wagenpfeil S, Hummelsberger J, Whalther HU, Melchart D, Willich SN.
Acupuncture in patients with osteoarthritis of the knee : a randomised trial.
Lancet 2005;366:136-43.

(suite…)

Qu’est-ce que la Mésothérapie ?

La mésothérapie

est utilisée dans de nombreux domaines pour soulager diverses douleurs.

En traumatologie du sport : tendinopathies, entorses, contractures, élongations, claquages, fractures de fatigue, périostites.

En rhumatologie : conflits sous-acromiaux, pathologies arthrosiques, maladie de Dupuytren, syndrome du canal carpien, maladie de Morton

Pathologies rachidiennes : lombo-dorsalgies, cervicalgies, névralgies cervico-brachiales, sciatalgies.

Autres indications : dermalgies réflexes, douleurs diverses, migraines, céphalées, cicatrices fibreuses, alopécie…

La mésothérapie est une conception thérapeutique simple, consistant à injecter de petites quantités de médicament dans le derme (ces injections peuvent être également intra-épidermiques, intra-dermiques superficielles ou profondes, entre 1 et 13 mm. Cette technique vise à rapprocher le lieu de la thérapeutique du lieu de la pathologie pour une plus grande efficacité.

C’est une allopathie injectable par voie intradermique et superficielle, locorégionale et micro-dosée.
Elle a été découverte en 1960 par Michel Pistor. Elle utilise des seringues avec aiguilles à usage unique de 4 à 13 mm de longueur (technique manuelle) ou une technique « assistée « avec l’aide d’un injecteur électronique.

Les doses délivrées le sont en quantité très faible. La peau est utilisée comme un réservoir permettant la diffusion progressive des médicaments injectés.
Les contre indications (allergies, intolérances), sont liées à la sensibilité pharmacologique du patient aux produits utilisés et à un terrain allergique éventuel.

Au cabinet médical, nous injectons les produits selon la technique manuelle, plus douce et utilisons le plus souvent des remèdes homéopathiques préparés sous forme injectable associés ou non à de la procaïne, du magnesium… Nous choisissons les zones à traiter en fonction de la douleur, mais privilégions toujours certains points d’acupuncture particuliers, en fonction de la pathologie présentée.

Rhumatisme et homéopathie

Douleurs rhumatismales et douleurs musculotendineuse

L’homéopathie a un rôle certain à jouer en rhumatologie et cela pour deux raisons : la plupart des affections évoluent sur un mode chronique, pour lequel la notion de terrain a toute sa place.

  • Elle est reconnue pour certains rhumatismes (HLA B27 pour les spondylarthropathies et le HLA DR4ou DR1 pour la PR).
  • Elle est dénuée de toxicité (toxicité bien connue des AINS ; tumeurs et infections graves générées par les TNF alpha).

Comme dans les autres cadres pathologiques, il faut d’abord poser l’indication ou non du traitement homéopathique et ensuite discuter l’association éventuelle d’une autre thérapeutique (dans la crise de goutte, le traitement classique est bien plus rapidement efficace.)

(suite…)