Kenneth White : lettre à un vieux calligraphe

Lettre à un vieux calligraphe

Cent jours passés
Par les grèves et les montagnes

A l’affût
du héron et du cormoran

Puis écrire ceci
A la lisière du monde

Dans un silence devenu
Une seconde nature

Et connaître à la fin
Dedans le crâne, dedans les os

Le sentier du vide.

Kenneth White, “Un monde ouvert, Anthologie personnelle”  (Gallimard, Collection Poésie 2007)

Kenneth White : Wakan

Wakan

« J’ai senti quelque chose dans ma tête »

Que c’est beau, que c’est beau

Il n’y a rien de plus beau

La lumière bleue qui point sur la montagne

La lune qui descend dans la pluie

Rien, il n’y a rien de plus beau.

Kenneth White, “Un monde ouvert, Anthologie personnelle” (Gallimard, Collection Poésie 2007)

Alexandra David-Neel

Choisissez une étoile… 

Choisissez une étoile,
Ne la quittez pas des yeux
Elle vous fera avancer loin
Sans fatigue et sans peine

Kenneth White : prose pour le col de Marie-Blanque

Prose pour le col de Marie-Blanque

C’est l’hiver dans la montagne profonde. La neige tombe à gros flocons. Ici, au col de Marie-Blanque, on marche, lentement.

« Ce n’est ni une étude, ni un savoir livresque, cela filtre à travers l’esprit » 

Le col de Marie-Blanque n’a rien de grandiose. C’est un petit col de rien du tout. On n’y fait pas des prouesses.  On y cherche autre chose.

« L’homme réel possède le diamant de la connaissance » 

Le sentier grimpe à travers les bois : sapins, chênes, bouleaux. Il y a si peu à dire. Nous ne parlons pas.  Nous mettons un pied devant l’autre et laissons faire la neige.

« Les loups seuls demeurent dans le bois obscur et silencieux » 

Nous sommes les loups blancs de ces espaces ultimes. Nous aimons cette distance, ce froid illuminé. Notre vie est secrète. Elle n’est plus à nous.

« Si le grand givre n’a pas mordu les branches, comment les fleurs du prunier peuvent-elles être odorantes ? »

Lorsqu’on me demandera à quelle religion j’appartiens,  je dirai : à celle du col de Marie-Blanque.

Kenneth White, “Un monde ouvert, Anthologie personnelle”  (Gallimard, Collection Poésie 2007)

Haïkus

C’est décidé
je vais de ce pas m’enrhumer
pour voir la neige.
Sampû
Pourquoi ne pas mourir
en mordant dans une pomme
face aux pivoines.
Shiki
Rosée,
le monde, rien qu’une goutte de rosée
et pourtant
Issa
Ne possédant rien
Comme mon cœur est léger
Comme l’air est frais.
Basho

Zéno Bianu – John Coltrane, Méditation

J’avance
Pour un surcroît de vie
D’énergie d’enthousiasme d’exploration
J’avance
Pour que les autres y voient plus clair
Plus intensément
Je fais passer le message secret du souffle
Selon KerouacJ’avance
Encore et encore
Dans un désordre majestueux 

J’avance jusqu’au cœur des cellules
En plein ciel intérieur
Avant les premiers mondes
J’avance
Un grand éclat de vide au cœur des densités
J’avance
Et n’en sors pas indemne
Je talismanise
Je sais maintenant qui je suis
Personne ne vit sa vie
A ma place
Je sais enfin qui je suis
Une apparition
Une apparition sonore
Dont le métronome
Est
Le bruit de fond de l’univers

Zéno Bianu – John Coltrane, Méditation (Broché)

Laurence Sterne

Ecrivain irlandais (1713-1760)

Chaque fois qu’un homme sourit, il ajoute quelque chose à la durée de sa vie.

Zéno Bianu

Je voudrais  vous guider

Sur les  grands territoires de la solitude
Chacune de mes notes met un

Mot
Sur votre mélancolie

Un mot un seul

Un mot d’orage éblouissant
Un mot minéral
Un mot volcanique
En plein cœur du monde

Et

Out of this world

Voltaire

J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé

Jelaleddin Rumi, poète persan

L’homme de cœur a tout accepté…

Chaque matin, du nouveau :
Une joie, une déprime, une rancoeur,
ou une prise de conscience momentanée
surviennent tel un visiteur inattendu…
 
Accueille et reçois les tous,
même si c’est une troupe de chagrins
qui vident violemment ta maison
de tout son ameublement.
 
Traite honorablement, pourtant, chacun de tes hôtes :
il se pourrait qu’ils fassent place à quelque nouvelle joie.
La sombre pensée, la honte, la malveillance, ouvre leur ta porte en riant, et invite-les à entrer.
Sois reconnaissant à tous ceux qui viennent, car chacun t’a été envoyé comme un guide de l’au-delà.

François Cheng

Vraie lumière
Celle qui jaillit de la nuit
Vraie nuit
Celle d’où jaillit la lumière

Chant shaman navajo

La beauté devant moi fasse que je marche
La beauté derrière moi fasse que je marche
La beauté au-dessus de moi fasse que je marche
La beauté au-dessous de moi fasse que je marche
La beauté tout autour de moi fasse que je marche

Albert Einstein

La vie c’est comme une bicyclette
Il faut avancer pour ne pas
Perdre l’équilibre

Chant cérémoniel navajo

C’est beau en vérité, c’est beau.
Je suis l’esprit à l’intérieur de la terre,
Les pieds de la terre sont mes pieds,
Les jambes de la terre sont mes jambes,
La force de la terre est ma force.
C’est beau en vérité, c’est beau.
Les pensées de la terre sont mes pensées,
La voix de la terre est ma voix,
La plume de la terre est ma plume,
Tout ce qui appartient à la terre m’appartient,
Tout ce qui entoure la terre m’entoure,
Et moi je suis la parole sacrée de la terre.
C’est beau en vérité, c’est beau…

Jacques Brel

Le seul fait de rêver…

Le seul fait de rêver est déjà important
Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir
et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier
Je vous souhaite des passions
Je vous souhaite des silences
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants
Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence,
aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite d’être vous.