Photos et journal de Bord

Pondichéry

(suite…)

Présentation de la micronutrition

Dominique Georget-Tessier, Novembre 2010

La micronutrition, une nouvelle discipline médicale

Cette discipline médicale est née en 1992 à la suite d’une réflexion de chercheurs scientifiques, de médecins, de biologistes, sur la relation entre santé, prévention et alimentation.

Elle cherche à adapter les besoins en micronutriments de l’individu à travers une alimentation diversifiée, associée éventuellement à une complémentation individualisée.

Les aliments que nous ingérons apportent en effet des macronutriments (protéines, glucides, lipides ) qui fournissent les calories et donc l’énergie nécessaire à l’organisme mais également les micronutriments (vitamines, oligoéléments, minéraux, acides gras essentiels …) indispensables à la bonne assimilation, à la bonne transformation, à la bonne utilisation des macronutriments .Tous ces aliments donnent la valeur nutritionnelle de notre assiette.

 Or  les micronutriments (1) ne peuvent pas être fabriqués par l’organisme et doivent être apportés par une alimentation variée, équilibrée et de bonne qualité.

L’alimentation moderne se caractérise par l’augmentation de l’apport calorique (la « fat food « ) au détriment de la densité en micronutriments : c’est ce qu’on appelle les calories vides. Or, la densité micronutritionnelle des aliments est aujourd’hui extrêmement variable d’un aliment à l’autre en fonction de son mode de culture ou de sa conservation. Il en résulte un certain nombre d’affections qui se développent sur ces terrains carencés : fatigue chronique, maladies cardiovasculaires, obésité, stress, allergies ….Il est en effet difficile d’avoir une alimentation équilibrée sur le plan micronutritionnel .

De plus certains patients assimilent mal certains micronutriments du fait d’une intolérance alimentaire ou d’une mauvaise perméabilité intestinale ou de l’âge…

La micronutrition s’implante depuis une dizaine d’années dans le milieu du sport de haut niveau.
Elle fait également l’objet d’un diplôme universitaire d’alimentation, santé et micronutrition, organisé par l’université de Dijon depuis 2002.

La micronutrition est une approche préventive individualisée
Elle vise à optimiser le capital santé de chacun, ses réserves vitales en particulier dans des situations comme la périconception, la grossesse, le vieillissement, le sport de haut niveau.

(suite…)

Santé et alimentation de l’enfant

Dominique Georget-Tessier, mars 2012

INTRODUCTION

S’alimenter : c’est à la fois survivre et préserver la vie ; se nourrir ce n’est pas seulement se remplir le ventre, mais cela aide l’organisme à grandir, le cerveau à fonctionner, les muscles à se développer.

On mange parce qu’on a faim, mais aussi par plaisir, par ennui, par pulsion…

(suite…)

L’art d’entretenir la vie par l’alimentation

Dominique Georget-Tessier, Novembre 2010

… en ce début du XXI° siècle.

Entretenir la vie, « nourrir le principe vital », ce que nous avons de plus précieux, et qui nous relie tous, est un élément important de la médecine traditionnelle chinoise. Cet art comprend plusieurs principes, parmi lesquels l’art de s’alimenter « selon les saisons ». S’alimenter, c’était simple, et chacun peut se souvenir de délicieuses garbures, omelettes aux cèpes, jambons et légumes du jardin, préparés avec amour par une maman ou une mamie cuisinière, de la traditionnelle alimentation de terroir et d’un certain partage de savoir faire culinaire garant de diversité.

Qu’en est il maintenant ?

(suite…)

Les probiotiques pour qui, pourquoi ?

Dominique Georget-Tessier, Novembre 2010

Le concept de probiotiques est relativement récent ; leur utilisation en médecine a suivi celui de la pratique de la micro-nutrition à partir de 1990. Il faut noter que l’utilisation des bactéries en alimentation humaine est utilisé depuis l’antiquité sous forme de lait aigre, c’est-à-dire ayant subi une fermentation ou de yaourt.

La première définition des probiotiques remonte à 1965 ; elle a évolué depuis.

Selon la définition de la FAO et de l’OMS, ce sont « des micro-organismes vivants qui administrés en quantité suffisante exercent un effet bénéfique sur la sante de l’hôte ». 

Les probiotiques les plus connus sont les bactéries lactiques (lactobacilles, streptocoques et lactocoques) et les bifidobactéries. La classification des probiotiques est organisée en genres bactériens composés eux-mêmes d’espèces puis de souches. Ex : Bifidobacterium longum LA101.

(suite…)

Le syndrome poly-metabolique (SPM)

Article édité avec l’aimable autorisation de son auteur : le Dr Liagre Joël, que vous pouvez retrouver sur son blog

Ce syndrome, que l’on appelait autrefois le syndrome X, n’est pas une maladie, à proprement parlé, mais un ensemble de perturbations métaboliques qui sont des facteurs de risques cardiovasculaires. Dans la grande majorité des cas, les individus atteints ne se sentent pas malades !

Ils ont juste ‘ un peu de diabète ‘, ‘ du cholestérol’, ” un léger embonpoint ‘, ‘ à peine un peu de tension ‘ Rien de grave !!

Mais pourtant, on sait maintenant que le syndrome poly-métabolique (SPM ) multiplie par 10 à 15 le risque de maladies cardio-vasculaires.

L’approche micronutritionnelle de ce syndrome est essentielle, car grâce à elle il est possible de redresser la barre avant l’apparition de problèmes sérieux

(suite…)

La diète protéinée

Article édité avec l’aimable autorisation de son auteur : le Dr Liagre Joël, que vous pouvez retrouver sur son blog

Il  suffit de voir la pile de livres dans les librairies, le régime Dukan bat tous les records . Difficile de ne pas connaitre dans son entourage une personne qui le suit. Après le régime sans glucide d’ATKINS, voila la diète protéinée, certes pas nouvelle, mais habillée moderne.

Grand succès, car facile, rapide, sans effort

Cela colle bien avec notre époque. Si une alimentation basée seulement sur les protéines est sans trop de danger sur une courte période , il n’en est pas de même si elle est suivie longtemps, sur plusieurs mois.

Car l’homme est un omnivore, pas un carnivore. Le système digestif humainest prévu pour une alimentation diversifiée.

Un régime hyper protéiné perturbe le métabolisme. Le corps pense qu’il jeûne, bien qu’il ait avalé une quantité correcte de nourriture. Les signaux d’alarme se déclenchent et le métabolisme se met en mode d’urgence, une condition connue sous le nom de cétose.

Car pendant le jeûne, le corps a une  seule priorité : maintenir le cerveau en activité à tout prix.

(suite…)

Qu’est ce que l’acupuncture ?

Dominique Georget-Tessier, septembre 2008

Historique

L’acupuncture fait partie de la médecine traditionnelle chinoise.

On retrouve des documents écrits en Chine il y a environ 2000 ans, à l’époque des Han. Elle daterait en fait peut-être de cinq mille ans, à l’aube du règne de l’empereur Fou Hi. Pour la tradition orale elle décrit l’homme sain, son fonctionnement, ses relations avec l’univers, la survenue de maladies, leurs diagnostics, leurs traitements par les aiguilles (Zhen Jiu Fa : « méthode des aiguilles et des moxas »), par les plantes (phytothérapie chinoise), par la diététique, par les massages (tui na), par une pratique corporelle (taï chi chuan, qi gong)…

La pensée traditionnelle chinoise

Sa connaissance est incontournable pour qui pratique l’acupuncture et est un enrichissement considérable pour notre manière d’envisager le monde, l’homme, la maladie. La lecture des livres de François Cheng, du sinologue François Jullien spécialistes de cette approche nous donne un autre éclairage sur notre culture occidentale.

(suite…)

Présentation de l’homéopathie

Dominique Georget-Tessier, Novembre 2010

L’homéopathie est une thérapeutique élaborée par Hahnemann, médecin et chimiste d’origine allemande entre 1790 (date à laquelle il traduit la matière médicale de Cullen et vérifie sur lui les effets du quinquina) et 1843 (date de sa mort à Paris). Cette méthode est  contemporaine de la naissance de la médecine scientifique (découverte du stéthoscope par Laennec, de la méthode expérimentale par Claude Bernard) mais également d’une grande pauvreté sur le plan thérapeutique : c’est encore l’époque des saignées, des sangsues et des purges.

C’est donc avant tout un système  thérapeutique visant à guérir les malades en stimulant ses capacités de défense et d’auto -guérison. Ce système est le fruit d’une expérience clinique, largement décrite dans l’Organon. [1]

Nous l’utilisons après un diagnostic de biomédecine et après avoir éliminé un traitement plus approprié : dans ma pratique de médecin spécialiste en médecine générale (médecin référent) elle est adaptée à plus de 70% de mes consultations.

(suite…)

Qu’est-ce-que l’auriculothérapie ?

Dominique Georget-Tessier, Novembre 2010

L’auriculothérapie est l’utilisation du pavillon auriculaire à des fins thérapeutiques, utilisation qui s’explique par l’innervation très riche et les multiples connexions qu’il présente avec le système nerveux central.

Cette méthode thérapeutique, dont on trouve des traces dans l’antiquité, s’est développée en France grâce aux travaux de Paul Nogier (1908-1996) qui découvrit en 1951, à Lyon, la correspondance de l’anthélix avec la colonne vertébrale.

C’est une technique médicale française qui est complètement différente de l’acupuncture chinoise : elle utilise la piqûre de points d’oreille à l’aide d’aiguilles semi- permanentes stériles à usage unique (A.S.P.) mais elle ne trouve pas ses fondements dans la médecine traditionnelle chinoise : ses bases conceptuelles sont totalement différentes. L’auriculothérapie n’utilise pas le concept d’énergie mais -au contraire de l’acupuncture- elle s’est construite sur des bases scientifiques biologiques et neurophysiologiques. L’auriculothérapie était très peu développée en Chine, bien qu’elle y ait existé depuis longtemps, puisque jusque dans les années 1960, les acupuncteurs chinois ne connaissaient qu’une soixantaine de points spécifiques. Elle progresse actuellement en Chine mais aussi en Europe et en France où elle est enseignée dans différentes facultés dans le cadre d’un DIU.

Une image du corps se projette sur le pavillon. Elle est voisine de celle d’un fœtus dont la tête se trouverait en bas de l’oreille au niveau du lobule, tandis que les mains et les pieds se trouveraient au sommet de l’auricule. La correspondance ne peut se mettre en évidence que lorsqu’une région du corps perd son équilibre physiologique.

L’oreille est partiellement innervée par le nerf pneumogastrique, principal nerf du système neurovégétatif parasympathique. D’autre part, elle contient des complexes neuro-vasculaires, dont la stimulation a des effets complexes à la fois neurologiques, neuro-sécrétoires, neuro-immunologiques.

 Indications principales :

  • la dépendance tabagique
  • le surpoids
  • les douleurs chroniques
  • certains troubles anxieux, certaines insomnies. 

Sur le plan pratique :

  • L’utilisation des A.S.P est contre indiquée chez les patients allergiques au nickel et chez les patients traités par anticoagulants.
  • Il est important de stimuler plusieurs fois par jour les ASP posées. Cette stimulation est réalisée par le patient lui-même à l’aide d’un petit aimant remis par le médecin.

Conseils en cas d’allergie

Rhinites,  sinusites, conjonctivites, asthme, eczéma, allergie alimentaire

  • Consommer des aliments  riches en magnésium (fruits, fruits sec, légumes, légumes, bigorneaux,  fruits de mer, céréales complètes ); boire de l’eau riche en magnésium (hépar, volvic, contrex ), faire des cures de magnésium  associé à un magnésio -fixateur comme la taurine
  • supprimer le tabac
  • réduire l’exposition aux polluants dans le milieu professionnel (aération), dans les transports (filtre de la cabine de voiture régulièrement renouvelé ),dans l’habitation (remplacer les déodorants de synthèse par des huile essentielles )

(suite…)

Kenneth White : Wakan

Wakan

« J’ai senti quelque chose dans ma tête »

Que c’est beau, que c’est beau

Il n’y a rien de plus beau

La lumière bleue qui point sur la montagne

La lune qui descend dans la pluie

Rien, il n’y a rien de plus beau.

Kenneth White, « Un monde ouvert, Anthologie personnelle » (Gallimard, Collection Poésie 2007)

Alexandra David-Neel

Choisissez une étoile… 

Choisissez une étoile,
Ne la quittez pas des yeux
Elle vous fera avancer loin
Sans fatigue et sans peine

Obésité infantile et malbouffe

SOURCES : LADEPECHE.FR : Obésité infantile et malbouffe : l’industrie accusée (Décembre 2010)

Afin de lutter contre l’obésité, un nouvel effort pour limiter la promotion des produits trop gras ou trop sucrés est nécessaire.

(suite…)

Salade amère et douce

SALADE AMERE ET DOUCE

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 2 endives moyennes ou 2 poignées de roquette
  • 2 avocats murs
  • 2 tiges moyennes de rhubarbe très fraîches
  • 4 fruits de la passion ou 300 g de tofu soyeux
  • 4 cuillères à soupe d’huile de colza
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuillères à café d’ail frais finement pulvérisé
  • Tamari
  • 2 cuillères à soupe de feuilles de basilic finement ciselées à la main

Préparation (1/2 heure) :

  • Dans une poêle, à couvert, avec une cuillère à soupe de tamari et l’huile d’olive, faire suer la rhubarbe (préalablement effilée et tronçonnée) à feu très doux, remuer souvent jusqu’à qu’elle soit réduite en compote. Après avoir ôté les feuilles abîmées, passer les endives rapidement sous l’eau, les essuyer ou laver la roquette, toujours très rapidement et l’égoutter. Évider la base des endives et les couper en fines rondelles.
  • Escaloper la pulpe des avocats, mélanger avec les endives ou la roquette.
  • Préparer la sauce en mélangeant la compote tiède de rhubarbe, réajuster le goût avec une cuillère à soupe de tamari, l’huile de colza , l’ail.
  • Mélanger la sauce, le tofu, les endives ou la roquette, l’ avocat et, à la fin, arroser de la pulpe des fruits de la passion.

Pour varier les saveurs : à la place des fruits de la passion : pulpe de pamplemousse rose, pulpe de groseilles à maquereaux, pulpe de figues.